80 ANS, TOUJOURS FRINGANTS…

En référence à l’Info@lettre de juillet 2013,

  Lien à corriger

 
Jean-Guy DaigleJe suis un passionné de livres et forcément de lecture. Impossible de me procurer tous ceux que je voudrais parcourir un jour. Ce qui m’amène à fréquenter les bibliothèques de mon coin de pays, à vrai dire celles de St-Hyacinthe, de Mont-St-Hilaire et de Beloeil, à défaut de la Grande Bibliothèque. Je me suis arrêté hier après avoir fait ma provision de vin pour fêter avec des amis la Saint-Jean, à la bibliothèque de mon patelin. Sur l’étal des nouveautés, je suis attiré par un titre accrocheur : 80 ans et toujours fringants. L’auteure, Danielle Moreau, relate brièvement à quoi s’occupent des octogénaires bien connus — vingt-et-un pour être précis — que sont les Aznavour, Bouvard, Hessel, Galabru, Piat sans oublier les Annie Cordy, Line Renaud, Juliette Gréco, etc. de ce monde. «Des portraits décapants !» Je l’emprunte donc sans hésiter.

Je ne vous dis pas que je les lirai tous, mais je choisirai ceux qui risquent de m’inspirer davantage, même si tous mériteraient que je m’y arrête. Comme le dit si bien l’auteure dans sa préface, je me confesse : «Oui, je suis gérontophile et fier de l’être !» En quatrième de couverture, l’auteure ajoute : « Pour tous ceux qui commencent à se désespérer à la première ride, ce livre est une thérapie incontournable !» Je vous le propose donc volontiers comme lecture de vacances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *