À Québec, une consultation publique qui nous fait rester sur notre faim…

La Ville tenait, le 12 août 2015, une consultation publique sur un projet de règlement de zonage visant à autoriser du stationnement dans des zones où ce n’est pas autorité à l’heure actuelle afin de permettre la relocalisation des usagers du stationnement Dalhousie, situé en face du Musée de la civilisation.

Ce stationnement est supposé être transformé pour en faire un stationnement étagé ainsi que la place des Canotiers; cette dernière constituera vraisemblablement le décor dans lequel le Port de Québec souhaite que les milliers de croisiéristes débarquent à Québec.

Les travaux de transformation du stationnement Dalhousie doivent commencer le 1erseptembre et devraient durer un minimum de dix-huit mois. Les plus de 500 utilisateurs(résidents, commerçants, professionnels, bureaux, clients des établissements commerciaux, etc.) de ce stationnement ont été réparti dans huit espaces différents dont certains sont assez éloignés du quartier. La Ville offrira des mesures de conciliation afin que les coûts mensuels des usagers ne soient pas plus hauts que les coûts actuels. Cependant, certains devront, pour se rendre à leur stationnement utiliser l’autobus numéro 1 ou le 21 par exemple.

Les citoyens ont été invités à la consultation à la fin du mois du juillet seulement.

Cette relocalisation pose de sérieux problèmes à toutes sortes de gens, pour les résidents par exemple, quand l’auto doit être laissée à plus d’un demi kilomètre de chez soi, ça rend le quotidien difficile, quand on doit par exemple, apporter les courses chez soi. Pour des personnes âgées, devoir laisser une auto à la haute-ville alors qu’on demeure au Vieux-Port, quand on pense que les côtes sont souvent glacées l’hiver et que les trottoirs sont fort mal déneigés, pour les personnes à mobilité réduite, c’est encore plus problématique. Certains bureaux ou commerces risquent d’éprouver des difficultés à embaucher du nouveau personnel s’ils sont incapables de garantir un accès facile à du stationnement. Des restaurants ou des hôtels pourraient aussi voir leur clientèle habituelle changer leurs habitudes, en raison des difficultés accrues de stationnement.

Les citoyens présents à la consultation ont suggéré différents moyens pour atténuer les impacts, un comité de conciliation des différents entre les acteurs, différents sans doute inévitables puisque les irritants devraient être nombreux, l’implantation de navette entre différents points du quartier afin de faciliter les déplacements de tous également.

Il semble clair à beaucoup de gens présents à cette consultation que nous étions tous mis devant le fait accompli, ce qu’on ne comprend pas. Une consultation ne devrait pas se passer de cette façon, une vraie consultation doit être davantage qu’une séance d’information. Les citoyens doivent sentir qu’il y a de l’ouverture à entendre leur point de vue. Pour ma part, je n’ai vraiment rien senti de tel.

Il serait important également que les autres partenaires dans cette opération, dont la Société québécoises des infrastructures et la Société des Parcs-auto de Québec s’impliquent davantage dans le processus de concertation. Pour la Ville, le calendrier des travaux de ce projet semble « coulé dans le béton », pour quelle raison est-ce si urgent? Enfin, pour quelle raison, le Port pour qui ces travaux sont également faits ne collabore pas davantage à la relocalisation des usagers de ce stationnement, surtout que sur les quais, une fois que la période des croisières est terminée, il y aurait de la place pour un certain nombre d’usagers?

Un éthicien connu a posé un diagnostic à la fin de la consultation, celle-ci n’a servi à rien. Je partage malheureusement son point de vue. La Ville aurait grandement intérêt à revoir ses pratiques, plusieurs citoyens ayant évoqué le fait que les humains semblent avoir été complètement oublié dans ce dossier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *