Aînés à risque

Notre population au Québec vieillit : c’est un constat que nous faisons à chaque jour. Or les conditions de vie de la majorité d’entre eux (je veux parler de ceux qui n’ont pas été employés par les services publics ou parapublics) ne bénéficient pas des mêmes régimes de retraite. Ces derniers devront de peine et de misère survivre dans une société qui commande une consommation à outrance. Je pense à un beau-frère qui a travaillé d’abord à son compte comme serrurier, puis aujourd’hui comme chauffeur d’autobus scolaire en raison de 20 heures par semaine. On peut comprendre qu’il ne soit aucunement intéressé à aller en voyage. Et nous sommes en mesure de constater que plusieurs retraités (ils ne peuvent voyager à l’année longue) apportent leur contribution au mieux-être de leur communauté (ou du moins dans leur propre famille) par toutes sortes d’engagements bénévoles.

Jean-Guy DAIGLE

Soit le lien suivant : http://quebec.huffingtonpost.ca/harold-lebel-/vivre-vieillir-dignite_b_17020162.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *