Au bal du printemps

on-se-sucre-le-bec3Reine du bal du printemps,
L’érablière réanime sève et fièvre
Pour saluer avec fierté
Un rendez-vous bien convoité

En caravane
On se rend à la cabane
Une sucrée de virée nous convie…
La « couenne de lard » devient oreille de crisse
La reine des soupes honore les petits pois


Le pain de ménage aux ingrédients d’antan
La tourtière et jambon fumé rivalisent
Le pichet de sirop fait le trot
Avant d’enrober les crêpes fumantes
Les œufs dans le sirop recréent leur magie
Autour des irrésistibles grand-pères.

Ce typique menu gargantuesque
Impose quelques dégourdissements
Avant de lécher la palette!
La forêt exhale son air pur
Les bosquets d’érablières s’animent
Ces arbres valeureux encensent les saisons

Avec l’entrée triomphale des caresses printanières.
Au cœur de nos étés, ils trônent en géants parasols
Ils s’érigent présidents du festival des couleurs
Avec l’espoir d’enflammer nos rudes hivers.

Source de légendes et de splendeurs
Symbole de fierté et d’hospitalité
Honneur soit rendu aux érablières de chez nous!

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *