Blessures de femme

Elle était amère et expliquait cela par une vie difficile;

Elle avait été adoptée et, pour elle, découlait de cette décision de sa mère, un sentiment de rejet avec lequel elle était incapable de vivre; ce sentiment semblait à l’origine de toutes ses difficultés avec les gens;

Elle prenait systématiquement une position défensive, même avec les personnes dont elle pensait qu’elles étaient proches d’elle;

Elle ne se rendait pas compte que cela pouvait s’avérer rébarbatif pour ces personnes;

Pourtant, elle avait retrouvée sa mère biologique alors qu’elle était à l’âge adulte et disait clairement qu’elle n’aurait pas souhaité développer des liens avec elle;

Elle sentait qu’elle avait eu une enfance meilleure avec sa famille d’adoption que ce qu’elle aurait eu avec sa famille biologique;

Elle pensait avoir eu une vie professionnelle difficile, elle avait pour son dire qu’elle n’avait jamais été reconnue à sa juste valeur;

Cependant, elle paraissait ne pas voir les marques de reconnaissance qu’elle rapportait de diverses origines;

Elle paraissait croire être la seule à s’être fait « voler » des idées ou des projets;

Elle réagissait systématiquement en personne victime, mais ne s’en rendait pas vraiment compte;

Pourtant, elle était maintenant à la retraite depuis plusieurs années;

Elle semblait incapable de vivre avec ses blessures, qu’elles soient d’enfance, professionnelles ou sociales;

Elle paraissait incapable d’aller vers l’avant, de passer à une autre étape de sa vie, toutes les activités dans lesquelles elle s’engageait ravivaient ses blessures, ce qui rendait la poursuite de celles-ci difficile;

Pour elle, les blessures des autres ne pouvaient être aussi grandes que les siennes, estimant ainsi qu’elle était la femme la plus malheureuse qu’elle connaisse;

Elle ne savait pas encore que les douleurs ne peuvent se comparer, chaque personne vit ses blessures de façon différente;

Cette réaction défensive systématique l’amenait à vouloir exercer le plus grand contrôle sur les personnes et leurs paroles;

Elle avait même de la difficulté à accepter que d’autres puissent penser dans le même sens qu’elle, semblant présumer que ceux-ci s’emparaient alors de ses dires et le même cycle recommençait.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *