COMMENT TAIRE

 

En référence à l’Info@lettre d’octobre 2013,

cliquez ici

François TeasdaleEuthanasie, suicide assisté, mourir dans la dignité, aide médicale à mourir.  Ce sont là des expressions qui sont galvaudées dans le débat actuel sur la fin de vie.  Le vieillissement de la population étant perçu et médiatisé comme un poids pour la société, on en est venu à proposer l’accélération du décès des personnes très malades en fin de vie.  Il y a, d’un côté ceux et celles qui préconisent le respect et la non intervention dans l’aide à mourir.  Et il y a aussi ceux et celles qui veulent accélérer la fin de vie pour les malades incurables.  Il me semble que dans ce débat ce qui importe, c’est la volonté de la personne engagée dans un processus de fin de vie.  Pour intervenir médicalement dans l’aide à mourir, il est primordial que la personne malade exprime sa volonté clairement d’en finir avec la vie, la souffrance, et la maladie.  Autrement, il faut prodiguer à cette personne des soins palliatifs adéquats pour l’amener doucement vers la mort.  J’ai beaucoup de réticence avec la notion d’euthanasie : «Action d’abréger les souffrances d’une personne incurable en provoquant sa mort» (Multi dictionnaire).  Je crois que la décision de mourir dignement revient à l’individu en fin de vie.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *