Il avait été l’homme de sa vie

Elle l’avait aimé en dépit de ses réserves, de ses absences, de ses peurs de se livrer, de se faire connaître, en dépit de son caractère très secret;

Elle l’avait aimé pour son apparente fragilité, fragilité dont il ne semblait pas être conscient;

Elle l’avait aimé pour son humour, pour son sens de la dérision;

Elle l’avait aimé pour son sens de la solidarité;

Elle l’avait aimé pour la tendresse démontrée dans les moments d’intimité;

Elle l’avait aimé parce qu’elle se sentait acceptée dans ses questionnements;

Elle l’avait aimé au-delà de ce qu’elle pensait possible;

Elle l’avait aimé, même quand elle croyait le détester;

Elle l’avait aimé, même quand il était parti de la ville où ils s’étaient connus;

Elle l’avait aimé malgré la distance;

Elle l’avait aimé parce qu’il pouvait la toucher profondément lors de leurs nombreuses conversations téléphoniques;

Elle l’avait aimé parce qu’il pouvait la faire rire si facilement;

Elle l’avait aimé parce qu’elle pouvait lui exprimer ses mouvements de colère sans crainte d’être abandonnée;

Elle l’avait aimé, même si elle n’avait pas crû à son intérêt pour elle pendant longtemps;

Elle l’avait aimé sans espoir de retour;

Elle l’avait aimé encore davantage après avoir compris que son amour était payé de retour;

Elle l’avait aimé parce qu’elle se sentait bien avec lui, en sécurité dans ses bras, à sa vraie place;

Elle l’avait aimé avec empathie après avoir compris à quel point la vie avait été difficile pour lui;

Elle l’avait aimé parce qu’il lui avait dit, quelque jours avant sa mort, qu’il avait des souvenirs heureux avec elle;

Elle avait aimé les souvenirs qu’elle avait de cette relation si marquante pour elle, même les souvenirs difficiles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *