IMPROVISATION SUR UN THÈME: LA VIE, par Gilles Tittley

IMPROVISATION SUR UN THÈME: LA VIE

 

 Même  si  dans  notre  monde  actuel,  tout  semble  programmé,  il  reste  que  nous  improvisons  à  peu   près  toutes  nos  actions,  de  la  naissance  à  la  mort.    Car  ce  n’est  pas  dans  les  livres   nécessairement  qu’on  apprend  la  vie.    Qui  peut  prévoir  l’issue  de  telle  ou  telle  action,  de  tel  ou  tel   événement?  Difficile  à  dire.  On  planifie  tout  mais  la  vie  se  charge  de  la  suite.    Un  accident  est  si   vite  arrivé  et  l’influence  extérieure  joue  un  grand  rôle  dans  toutes  les  étapes  de  nos  vies.   On  aura  beau  penser  avoir  tout  prévu,  les  suites  des  lendemains  ne  nous  sont  pas  connues:  elles   sont  à  vivre  souvent  en  déjouant  toutes  les prévisions.  Bien  sûr  qu’il  faut  être  vigilant  et  prévoyant   mais  sans    exagération.   Vivre  son  enfance  porteuse  de  rêves  tant  pour  l’enfant  que  pour  ses  parents,  apprendre  à   parler,  à  marcher  et  à  apprivoiser  l’inconnu  et  vivre  la  liberté  :  c’est  un  départ.    Puis  vient   l’adolescence  et  les  découvertes  qui  s’ensuivent.    C’est  ici  que  les  modèles  de  toutes  sortes  et   catégories  entrent  en  scène.

Mille  expériences  peuvent  se  vivre  et  déterminent  souvent  le   genre  de  vie  que  l’homme  ou  la  femme  assumera.   La  vie  à  deux  est  une  expérience  incomparable    qu’on  voudra  sans  failles,  mais  à  des  conditions   exigeant  un  constant  dialogue.    Gare  aux  jardins  secrets  et  aux  influences  extérieures  non   désirées.     Avec  la  venue  des  enfants,  c’est  un  monde  qu’on  se  bâtit  avec  toutes  les  vicissitudes  et  ruptures souvent    inévitables  entraînant  la  redéfinition  de  la  famille.    Était-­‐ce  à  prévoir?    Le  monde   changeant  dans  lequel  nous  vivons  nous  met  dans  des  situations  imprévues  et  là  encore,  il  faut   improviser  car  la  stabilité  s’effiloche  et  on  refait  ses  devoirs.  À  travers  tous  ces  scénarios,  les   couches  et  strates  de  la  société  s’entremêlent  et  l’avenir  est  à  reconstruire.    Les  moyens  de   toutes  sortes  sont  là,  les  talents  regorgent  de  savoir  et  de  possibilité:  il  reste  qu’avec  la  science   de  toutes  les  disciplines,  nous  demeurons  des  improvisateurs  qui  réclament    la  sagesse  d’un   printemps    à  préparer  malgré  souvent  notre  indifférence   Je  ne  puis  terminer  sans  citer  les  sages  propos  de    Jean-Paul  Mensior  dans    « Les  chemins  de  la   vie ».  « Une  des  conséquences  de  l’indifférence,  c’est  l’insécurité:  on  ne  sait  plus  à  quel  saint  se   vouer,  ce  qui  est  à  l’origine  d’une  angoisse  plus  ou  moins  bien  supportée.    Comment    se   construire  sans  points  de  repère  fermes,  même  si  c’est  pour  les  critiquer,  sans  un  sol  un  peu   solide  sous  les  pieds? »   Malgré  les  saisons  qui  passent,  tant  qu’il  y  a  de  la  vie,  il  y  a  de  l’espoir  et  de  l’amour.  Et    comme   le  chantait  Guy  Béart:  « Le  printemps  sans  amour,  c’est  pas  le  printemps. »   Bon  et  heureux  printemps  à  tous  et  toutes!

  Gilles  Tittley

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *