Infiniment je t’aime *

Laisse -moi, chérie, te guider vers cette voie limpide
Baignons nous d’extase en cette lumière splendide
Conduisant notre âme vers ces rêves d’or légers
Où flottent en scintillant nos plus tendres étés !

Nos pas s’avancent doucement en cadence
Entraînant la lune qui se faufile en latence .
Vaguement notre rêve s’estompe et pourtant ne s’efface.
Ah! ces gouttes du temps qui coulent en flirtant l’espace!

Nous allons , ensemble, vers l’horizon infini
Où des oiseaux en couples inséparables
En choeur, chantent l’amour qui jamais n’en finit
Envahissant notre âme et nos sens vulnérables.

Pénétrons dans cette vallée si verte et si vive
Oublions la vie, la barque et la rive
Jamais plus de serments qui s’immergent dans l’onde
Plus jamais de désirs qui avilissent le monde.

Que notre amour sublime s’en aille vers l’au-delà
Pays des Neuf Sources, Champs -Elysées de là.
Sereinement allons vers ce lieu d’allégresse
Où l’ETERNEL nous offre son paradis céleste!

(Un soir de St-Valentin 1997)

* Aux gens qui s’aimaient éperdument, qui s’aiment encore et s’aimeront toujours éternellement , je dédie ce poème de tendresse et d’amour sublime inspiré d’une chanson immortelle de l’auteur compositeur interprète Pham Duy, « Thuong tinh ca« 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *