La forêt de Charlesbourg* : enjeu de la campagne électorale

Comme beaucoup de citoyens de la Ville de Québec, je suis très sensible aux questions environnementales. Je connais l’impact très positif d’une forêt sur un milieu, qu’il s’agisse d’aider à combattre la pollution urbaine et ainsi de favoriser la santé des résidents de l’agglomération, qu’il s’agisse de lutter contre les ilots de chaleur qui sont susceptibles d’affecter de plus en plus de gens, tant ici qu’ailleurs, en raison des changements climatiques, qu’il s’agisse aussi de favoriser la réalisation d’activités récréatives par des gens de tous les âges, ce qui devrait favoriser l’établissements de liens sociaux entre citoyens.

J’ai participé à la chaine humaine visant, le 16 octobre, à assurer la protection de cette forêt dont l’existence est actuellement remise en question par un projet de développement immobilier. Ce projet a déjà donné lieu, dans sa première phase, au comblement d’un lac.

Comment penser que la Ville puisse donner la permission de construire dans un milieu humide, le lac étant connecté sur la rivière des Commissaires? À ma connaissance, ces milieux doivent être protégés. Cela semble d’autant plus essentiel, que selon la porte-parole du groupe de protection de cette forêt, celle-ci a précisé au groupe de personnes présentes (autour de soixante-quinze) lors de cette chaine, que le rapport du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire portant sur le projet de schéma d’aménagement et de développement(SAD) de l’agglomération de Québec avait permis de recenser la superficie nécessaire pour accueillir les nouveaux résidents prévus par le SAD –le mémoire de Voix citoyenne déposé lors des audiences du SAD en août dernier allait aussi dans ce sens. L’obligation d’étendre le périmètre urbain ne tient plus dans une telle perspective.

Enfin, ce groupe souhaite que la forêt de Charlesbourg soit reconnue comme un parc naturel. Est-ce que ce ne serait pas cohérent de le faire? Soulignons que l’équipe Labeaume a annoncé, ces jours derniers, la création de plusieurs parcs, qui supposent des équipements et, par conséquent, des investissements publics alors que ce parc naturel qui correspond à une demande citoyenne, existe déjà et qu’il ne faudrait que reconnaître formellement son statut.

*Charlesbourg est un arrondissement de la Ville de Québec, depuis les fusions de 2002

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *