La liberté, quand tu nous tiens, par Gilles Tittley

LA LIBERTÉ QUAND TU NOUS TIENS

 

Que ne ferait-on pas au nom de la liberté! Des poètes, des chanteurs tout autant que des militaires ont proclamé et défendu la liberté si chère à tout être humain. Pourtant avec la mondialisation et les moyens sophistiqués de communication, des frontières tombent et

nous vivons une ère de supraproximité, en sorte que plus rien ne demeure inconnu: la liberté vient d’en prendre un coup et toute l’éducation est remise en cause et les secrets d’alcôve ne sont plus des secrets… Que faire alors?

 

Cette « autopénétration » dans l’intimité appelle à la prudence de tous les instants. La liberté des uns peut entraver la liberté des autres en créant des abus difficiles à contrôler. La prudence et la discrétion ici deviennent les meilleurs guides qui soient dans de telles circonstances.

 

Quand on parle de liberté, on oublie souvent les responsabilités de celui ou celle qui veut l’exercer. Que ce soit la liberté d’expression si mal définie et incomprise ou celle d’action, on ne peut ignorer que sans discipline aucune, les droits de l’autre sont ignorés et souvent bafoués. Et alors le dialogue devient la plupart du temps impensable.

Un locataire peut se vanter de connaître ses droits et les devoirs du locateur et ce dernier peut affirmer connaître aussi ses droits et les devoirs du locataire mais les deux oublient leurs propres responsabilités. Et c’est ainsi qu’ils peuvent se retrouver, en cas de conflit, face à la justice à cause de cette ignorance. Nous avons bien des chartes de droits et libertés et comme disait un philosophe : « Que faisons-nous des responsabilités qui viennent avec automatiquement. » Ce sera sans doute le sujet des dirigeants des pays à y voir. Que de temps perdu en discussions et procès.

 

Et cette liberté qui est, avec la vie, le plus beau cadeau de l’être humain, doit être, me semble-t-il, exercée avec discernement et discipline. Malgré toutes les contraintes et tous les bouleversements du monde nouveau dans lequel nous évoluerons, la liberté individuelle ou

collective demeure le phare éclairant la route à ce monde à venir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *