Le «tout à l’entreprise»: vers un changement pour tenir compte des besoins des citoyens?

Une des orientations fondamentales du gouvernement Harper, c’est de faire confiance à l’entreprise, supposée savoir bien gérer son fonctionnement et assurer la qualité des produits vendus. En raison de ce choix, des coupes importantes ont été faites dans la Fonction publique fédérale, et ce, même à l’inspection des aliments.

Il en est résulté ce à quoi on assiste présentement, c’est-à-dire au rappel de plus de 1 800 produits du boeuf de la firme albertaine XL -Food, cette firme n’appliquant pas ou ne mettant pas à jour son plan pour combattre la bactérie E. coli. Des personnes sont tombées malades après avoir mangé de la viande infectée. Nous semblons toutefois avoir évité le pire, et ce, grâce aux Américains qui ont eux-mêmes averti le gouvernement canadien à ce sujet, les malades auraient pu être plus nombreux, des décès auraient pu survenir.

Le gouvernement fédéral a sans doute trouvé la situation difficile à gérer puisque son ministre de l’agriculture a été absent de la Chambre des communes pendant quelques jours, évitant ainsi de répondre aux questions de l’opposition et ne donnant finalement pas vraiment d’explications satisfaisantes.

On peut se demander si le gouvernement réorientera ses choix et considérera qu’assurer la santé de la population représente un des fondements de sa responsabilité. Cela signifie, à mon avis, qu’il ne peut être envisagé de déléguer celle-ci à un tiers dont l’objectif premier, comme celui de toute entreprise, est de faire des profits pour survivre et se développer. On sait très bien qu’une absence de toute forme de contrôle ou que des contrôles trop « mous » risquent d’amener des abus. C’est ce qui semble caractériser la situation dans cette usine où d’après un reportage du début d’octobre, les employés qui y travaillent seraient nombreux à ne pas vouloir consommer la viande traitée là.

Même si le gouvernement fédéral a droit à ses choix idéologiques, il faut rappeler qu’il est élu par les citoyens qui entendent qu’il mette en place les mesures nécessaires pour qu’ils ne risquent pas leur vie en posant un geste aussi élémentaire que celui d’acheter de la viande afin de s’alimenter et combler ainsi un de leurs besoins de base.

Devant cette situation déplorable qui a affecté la santé de plusieurs personnes et qui aurait pu mettre en danger la vie de bien des gens, on ne peut que demander la réalisation d’un exercice de réflexion et des décisions rapides afin que ça ne se produise pas dans d’autres secteurs d’activité susceptibles d’affecter les éléments de base nécessaires à la vie humaine – entre autres, l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit.

Les représentants du Québec appartenant au Parti conservateur du Canada sont-ils prêts à aller dans ce sens? Il faut leur demander clairement ou exiger des explications pour que les citoyens comprennent où sont leurs priorités réelles et être ainsi en mesure de prendre la décision la plus adéquate lors de prochaines élections.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *