Les petits bonheurs oubliés par Gilles TITTLEY

LES PETITS BONHEURS OUBLIÉS par Gilles TITTLEY

 

Se les rappeler n’est pas rétrograder: ils peuvent souvent nous inspirer au mieux-vivre dans un monde fragilisé et oublieux de ses origines et de son histoire. Les problèmes que nous vivons

sont d’un ordre mondial et mis en place par une technologie changeante, difficile à comprendre et à maîtriser et parfois inhumaine.

On met à notre disposition la machine qui peut sembler « intelligente » mais stupide par rapport aux abus qu’elle engendre. Toutes les découvertes et inventions sont au service de l’homme et non le contraire mais encore faut-il pouvoir exercer une discipline face à tant de liberté et d’imprévus.

Il ne s’agit pas de retourner au temps du « poêle à bois », mais se souvenir de cette époque peut nous ramener aux luttes et engagements de celles et ceux qui nous ont précédés. Songeons à nos petits villages et aux quartiers de nos villes qui se sont construits grâce aux efforts généreux de nos ancêtres. Des milliers de talents se sont déployés pour construire le pays. Chaque village, chaque paroisse ou ville ou quartier ont une histoire qu’on aurait avantage à connaître pour mieux rapprocher les générations.

Que de petits bonheurs sont tombés dans l’oubli!

Et ici, au Québec, avec l’industrialisation dans les années 1900, il en a fallu de l’ingéniosité et du dévouement pour transformer la main d’oeuvre et éviter qu’elle ne s’exile. C’était une époque de découvertes et d’inventions qu’on apprenait à apprivoiser une à une. Pensons qu’avec l’industrialisation arrivent l’électrification, l’automobile, la construction de routes et tout ce qui s’ensuit. Beaucoup de domaines connurent des changements majeurs: les chantiers de bois, la drave, les instruments aratoires et leur mécanisation, les écoles de rangs et tant d’autres qui ont vécu de grands bouleversements à l’époque. Retenons que chaque découverte, chaque invention apportait une vague d’émerveillement. Beaucoup de romans plus ou moins récents nous rappellent ces événements avec beaucoup d’intérêt et bien à propos.

Puis vinrent les guerres qui ont transformé tant de mentalités et bousculé bien des vies. Ces conflits mondiaux ont projeté l’homme et la femme dans des luttes et combats affectant tous les niveaux de vie et donnant à l’argent et à la consommation des pouvoirs contrôlés par des

possédants et réduisant totalement l’influence du citoyen devenu simple consommateur soumis aux lois du marché.

Nous savons bien que la démocratie existait et existe encore mais elle est souvent négligée par

insouciance ou manque de stimulant.

Nous ne revivrons pas le passé mais nous pouvons nous en inspirer en songeant toujours à la complicité des générations. Nous savons bien que la famille demeure la base de toute civilisation et que l’histoire est encore et toujours le meilleur maître à penser.

C’est un vieux sage qui disait: « Ayez l’oeil ouvert sur tout, mais fermez les yeux sur beaucoup de choses. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *