Qui de nous deux ?

 
 

Qui de nous deux ?
Gilles Archambault
128 pages
C’est d’une seule « lampée » que j’ai dégusté ce livre, même s’il goûte le « fiel » amer de la souffrance. Je ne sens pas la complaisance, mais je ressens avec l’auteur une peine sans fin. Comme il le traduit si bien, « le départ de sa chère compagne a inoculé une tristesse qui jamais ne s’atténuera ». Selon ses propres mots, « il promène dans sa mémoire » tout ce qu’il a vécu avec la femme de sa vie. Il a bien raison d’avouer qu’il appréhende quelque peu « cet exil forcé que signifie le vieil âge » quand on se retrouve fragile et seul.

Du début à la fin, le chagrin, la peine et la nostalgie l’habitent… En tant que lectrice sensible au vécu de l’autre, je souffre avec lui et je ne peux m’empêcher d’extrapoler… Un jour, ce sera notre tour… Alors, en refermant ce livre, il m’est venu à l’esprit les paroles de la chanson de Nana Mouskouri : « l’un de nous s’en ira le premier, il fermera ses yeux à jamais… » Envers et contre tout, ce livre fait du bien au cœur, car je le considère quelque peu comme un testament d’amour, une longue complainte amoureuse qui rappelle la douceur des belles années d’une vie unie à tout jamais. J’y retiens le récit d’un amour si puissant qu’il ne parvient pas à mourir malgré l’absence et le temps. Sans peur et sans reproche et en dehors des croyances de tout un chacun, mon cœur ose fredonner ceci avec Piaf : Dieu réunit ceux qui s’aiment ».

[my_library title= »Consultez toutes nos lectures »]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *