Retraite citoyenne

J’ai eu le bonheur de côtoyer à quelques reprises M. Jacques Fournier que Louis Cornellier qualifie de militant modèle. Le journaliste du Devoir fait connaissance avec lui en lisant un recueil de ses interventions comme organisateur communautaire, militant péquiste et de gauche. Ce qui constitue une sorte de testament spirituel de celui-ci. Cet engagement remonte au scoutisme qui se résume par les mots « vie de groupe, réflexion, action, altruisme et engagement social», j’ajouterais volontiers débrouillardise dans la vie. Or j’ai eu le privilège d’échanger avec lui à quelques reprises pour connaître un peu l’homme engagé qu’il était.
Et cela plus longuement lors d’un voyage organisé par Espace50+. Homme discret, réfléchi, engagé pour les bonnes causes, il ne prenait pas le plancher pour imposer son point de vue. Plutôt il attendait le bon moment pour intervenir. Il n’élevait jamais la voix et préférait trouver des solutions après un débat d’idées. Je garde un bon souvenir de cet homme qui cherchait à convaincre son interlocuteur sans jamais le sous-estimer.

Jean-Guy DAIGLE

Notre ami et camarade Jacques Fournier s’est enlevé la vie, faisant tomber un grand vent de stupeur et de questionnements légitimes dans l’esprit de ses amis. Mais son geste doit surtout être l’occasion d’un nouvel élan pour la défense et la promotion des droits, ceux des aînés et des autres, dont Jacques était un combattant efficace et ardent. C’est le plus sûr levier pour garder sa mémoire. Rendez-vous aussi sur le carnet de notre ami Dominique Boisvert : http://co22.org/dominiqueboisvert/wp/lettres-a-mon-ami-jacques-fournier/

Jean CARETTE

 

Soit le lien suivant :

http://www.ledevoir.com/culture/livres/500883/eloge-du-militant-modele?

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *