Se détacher des cordons par Gilles TITTLEY

SE DÉTACHER DES CORDONS

Après avoir vécu diverses étapes dans la retraite, il vient un temps où il faut songer à l’ultime étape: celle qui précède et prépare le départ.

Arrive le moment où les forces diminuent et les besoins changent. Après réflexion, on en vient à prendre une sérieuse décision: quitter la maison pour aller vivre en appartement fournissant services de santé et sécurité.

Toute notre vie nous tissons des liens, des attaches qui parfois même briment notre liberté. Nous avons soupiré tant de fois pour défaire ses attaches et maintenant que le temps est venu d’agir, nous hésitons en pensant remettre à plus tard la décision de quitter les lieux pour se donner un nouveau départ avec moins d’obligations. « Je vais y penser », se dit-on.

Il est préférable de ne pas attendre à la limite mais plutôt de profiter du moment où l’on peut gérer soi-même cette opération et d’en assumer toutes les conséquences et ensuite profiter de cette période pour se départir de certains biens et consolider les bases d’une nouvelle vie.

Il est bon de la faire en cogestion avec les siens pour justement éviter la congestion causée par la maladie ou l’incapacité d’agir soi-même.

Et c’est le moment de coucher sur papier ses dernières volontés, faire ou refaire son testament, préparer un mandat d’inaptitude, mettre de l’ordre dans ses affaires tant matérielles que spirituelles, préparer un message ou un testament spirituel pour les siens, corriger certaines erreurs ou rétablir certaines amitiés, se définir par rapport à la dignité vis-à-vis de la maladie et du décès et dire ses convictions.

Il reste sans doute de belles années à vivre. Cette étape peut être un enrichissemen t non seulement pour soi-même mais aussi pour les autres, grâce à une attitude tout empreinte de partage, de joie de vivre et de sérénité.

Cette étape, c’est celle des instants privilégiés où comme un vieux paysan qui contemple la nature en voyant le plus beau coucher de soleil à travers la riche moisson qui est le fruit de son labeur qu’avec amour il destine aux siens.

Gilles Tittley

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *