SURDITÉS

Jean CaretteNous sortons de la crise, paraît-il, lentement mais réellement. En fait, il s’agit seulement de «la» crise économique et financière. Ouf! On a sauvé le capital et le capitalisme, en surendettant les générations futures, et tout peut reprendre comme avant : la spéculation éhontée, fricotages et autres traficotages, les manipulations des banques et la gestion sauvage des plus grandes compagnies supranationales, les délits d’initiés et autres crapuleries, sans oublier le gaspillage forcené de la terre-mère…

Je crois plutôt que le néolibéralisme a vécu ses «quarante glorieuses» (1970-2010) et montré clairement ses excès et ses limites. Je crois aussi que la tempête n’est pas terminée et de loin, car nous vivons et subissons bien plus qu’une dépression économique. Il s’agit aussi d’une crise politique qui affecte et menace la démocratie (voir par exemple le ballet incessant des mots, des promesses ou des mensonges et la montée de l’abstentionnisme), d’une crise morale (voir par exemple la violence systémique et la corruption), d’une crise de civilisation, à la fois sociale et culturelle, qui remet en cause nos valeurs dominantes, la compétition par exemple, nos orientations et nos priorités collectives.

Par l’histoire qu’ils ont traversée, les plus âgés d’entre nous sont des experts en crises. Ce qui pourrait être utile à tous, mais à deux conditions : d’une part qu’ils prennent la parole, davantage et mieux, et chacun à sa place au sein du concert des générations; d’autre part, qu’on les écoute…

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Aurèle Beauregard dit :

    LE 6 MAI, JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FAMILLE.

    Mais de quelle famille ?

    Les mois de mai et juin touchent la famille en pièces détachées. Le 9 mai-la fête des mères, le 20 juin-la fête des pères et le 4 juin un moment de solidarité avec les enfants victimes.

    Avant les années 50 la famille rurale et urbaine avait pratiquement le même modèle social. Le père, gagne-pain, la mère au foyer, les enfants à l’école.Religion-Famille-Patrie était l’environnement qui favorisait des liens familiaux très serrés.

    La révolution culturelle et politique des années 60 ouvrait grandes les portes d’une nouvelle société à naître. Le pouvoir religieux perd son emprise, l’éducation se démocratise. Les parents restent perplexes. La société émergente déstabilise l’organisation familiale. Baisse du taux de natalité. Divorces en progression.Avortements facilités. La famille québecoise se voit de plus en plus comme une partie d’un mariage composé soit d’un couple marié ou non, de personnes de sexes différents ou non, et accompagnés ou non d’enfants. Famille recomposée(plusieurs parents-enfants). Famille monoparentale (un parent-des enfants). Que devient-on ?

    Il est essentiel historiquement que l’on défende coûte que coûte l’institution familiale sans laquelle une société ne peut pas durer. La famille est le premier but du mariage. La famille est une rampe de lancement pour une société amoureuse de ses enfants. Il ne s’agit pas de refaire le passé mais de préparer l’avenir. Si les québécois de souche veulent durer, ils doivent se réorienter.

    À familles stables, société stable.

    Source : Journal au Fil des Jours

  2. Rock Boily dit :

    Je suis entièrement d’accord avec vous.

    Le problème majeur et c’est de là que découle tous les problèmes du pauvre peuple, c’est la présence entière ou presque de députés-avocats et ministres et premier ministre dans tous les gouvernements des pays développés à commencer par le nôtre. Ces personnes n’en ont que pour s’enrichir de plus en plus eux et les compagnies et amis et tout cela en appauvrissant les autres.

    Tant et aussi longtemps que les citoyens ne seront pas représentés par des députés provenant de toutes les couches de la société soit en limitant leur présence comme député ou ministre, nous aurons ces graves problèmes de génération en génération.

    Ces maudits hypocrites ont le contrôle total sur la boule terrestre et que croyez-vous qu’ils font la ?

    Contrôle de tous les systèmes financiers, contrôle absolu de presque tous les organes d information etc. etc…

    Un bel exemple c’est le pétrole et c’est révoltant . Quel voleur pensez vous qui a décidé de coter le baril en bourse ?

    Un bien pratiquement essentiel, une richesse… de la terre qui appartient aux humains et le coût d exploitation d’un baril est d’environ quelques dollars et il est coté en bourse a plus de 80$ ? Qui en fait de la surenchère vous pensez ?

    Certainement pas le peuple ordinaire. Ce sont les producteurs qui contingente la production et qui en achète des milliards de barils sur le marché de la bourse pour en faire monter le prix et tout ça avec la complicité de ses saletés de politiciens. Tout ou presque tout est coté en bourse, le blé etc…

    Ils n en sont plus aux coûts d’exploitation plus un profit raisonnable. ils en sont à de l’arnaque.

    Problème semblable avec notre électricité, les banques.
    Problème avec la caisse de dépôt et placement, ça c’est carrément du vol et de l’enrichissement d’amis.

    Merci et bonne chance et longue vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *