UN PETIT-GRAND FILM

En référence à l’Info@lettre de mars 2013

  cliquez ici

François TeasdaleYann England n’a pas obtenu l’Oscar convoité pour son film mais ce petit film m’a ému au plus haut point. La première fois que je l’ai regardé j’ai été secoué et je suis resté pantois. Au deuxième visionnement j’ai pu le voir avec un autre œil et réfléchir à cette terrible maladie. Gérard Poirier, acteur de génie dans ce film, nous montre bien la maladie de l’intérieur. C’est là le génie de ce film.

Quant à Marie Tiffo, elle nous fait vivre la douleur de perdre son père alors qu’il est toujours présent de corps. Lors d’un rare moment de lucidité elle la joie de se voir reconnaître par son père est assombrie par son retour vers son monde. «Papa, s’il-te-plaît, reviens». Et c’est là tout le drame de cette maladie, quitter le présent vers le passé. Mourir avant l’heure.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *