La mauvaise nouvelle de la journée

Aujourd’hui le 29 mars, une très mauvaise nouvelle nous a été annoncée, la vente d’un de nos fleurons Québécois soit  BCE (Bell Canada) à des intérêts américains.  Si le gouvernement laisse tout faire, que va-t-il nous arriver. Nous ne serons plus propriétaire d’aucune grosse industrie, et bientôt nous serons un état américain.

De plus, que va-t-il arriver aux employés, au fonds de pension, ainsi qu’à leurs avantages sociaux. Pour ceux qui ont Bell comme employeur, c’est l’insécurité.  Lorsque le gouvernement donne des subventions, il devrait y avoir  une condition : remettre les subventions reçues.  Il ne faut pas oublier que ces subventions proviennent de nos taxes.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean Laflèche dit :

    La direction de BCE a confirmé ce mardi 17 avril 2007 qu’elle étudiait la possibilité de privatiser l’entreprise afin de maximiser la valeur pour les actionnaires.

    Les dirigeants, menés par le PDG Michael Sabia, ont amorcé des discussions avec la Caisse de dépôt et placement du Québec, Kohlberg Kravis Roberts, l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) et l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public.

    Kohlberg Kravis Roberts se joint aux discussions à titre de partenaire minoritaire dans l’éventualité d’une transaction qui est évaluée à 32 milliards de dollars.

    Une absence de taille est à souligner: la Caisse de retraite des enseignants de l’Ontario (Teachers) n’est pas présente à la table des discussions. Teachers est pourtant le plus important actionnaire de BCE avec une participation de 5%.

    La direction de BCE précise qu’aucune assurance ne peut être donnée quant à la prise de toute mesure particulière par l’entreprise dans le cadre de cet examen continuel de ses options.  Si la transaction est effectuée, il s’agirait de la plus importante de l’histoire au Canada.  Le titre de BCE a clôturé à 36,26$ lundi à la Bourse de Toronto.  Depuis un an, l’action a oscillé entre 25$ et 37$
    Source : CyberPresse 17 avril 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *